Langue des signes américaine (ASL) vs langue des signes française (LSF)

American Sign Language (ASL) et la Langue des Signes Française (LSF) sont deux des langues des signes les plus étudiées et utilisées dans le monde. Malgré leur nom similaire et leur lien historique, ces langues présentent des différences significatives en termes de structure, de syntaxe et de lexique. 
Cet article explore les caractéristiques uniques de l'ASL et de la LSF, mettant en évidence à la fois leurs similitudes et leurs différences.


Origines et Histoire :

L'ASL trouve ses origines dans la LSF, apportée aux États-Unis au début du 19e siècle par Thomas Hopkins Gallaudet et Laurent Clerc. 
Elle s'est développée et adaptée aux États-Unis, incorporant des éléments de langues des signes locales et créant une langue distincte et riche.

La LSF est considérée comme l'une des premières langues des signes à être formalisée et enseignée. 
Elle a joué un rôle clé dans le développement de l'éducation pour les sourds en France, grâce à l'effort de pionniers comme l'Abbé de l'Épée.

Structure Grammaticale :

L'ASL utilise une structure grammaticale basée sur la position spatiale, les expressions faciales et le mouvement pour exprimer le temps, le sujet et l'objet. Elle ne suit pas la structure grammaticale de l'anglais, ce qui est une source commune de confusion pour les nouveaux apprenants.

La LSF, similairement à l'ASL, emploie la spatialité et les expressions non manuelles pour la grammaire. Cependant, certaines constructions syntaxiques et l'ordre des mots peuvent varier par rapport à l'ASL, reflétant des influences linguistiques propres à la culture sourde française.

Lexique :

Bien que l'ASL et la LSF partagent une histoire commune, le lexique de ces deux langues a évolué différemment, résultant en des signes distincts pour de nombreux mots. Par exemple, les signes pour des concepts de base comme "merci", "oui", et "non" diffèrent entre l'ASL et la LSF.


Expressions Faciales et Mouvements du Corps :

Les deux langues utilisent intensivement les expressions faciales et les mouvements du corps pour ajouter du sens et de l'émotion aux signes. Cependant, les conventions spécifiques pour exprimer des questions, des affirmations, ou des émotions peuvent varier, reflétant des nuances culturelles.


Influence et Échange Culturel :

L'ASL et la LSF ont influencé de nombreuses autres langues des signes dans le monde. Leur développement reflète l'échange culturel continu entre les communautés sourdes internationales, bien que chaque langue conserve ses caractéristiques uniques adaptées à sa communauté.


Conclusion :

L'ASL et la LSF illustrent la diversité et la richesse des langues des signes à travers le monde. Malgré leur lien historique, elles se sont développées en deux systèmes de communication distincts, adaptés aux besoins et à la culture de leurs utilisateurs. Comprendre les différences et les similitudes entre l'ASL et la LSF enrichit notre appréciation de la langue des signes en tant que forme de communication universelle, tout en reconnaissant l'importance de la diversité linguistique et culturelle.



Encourageons l'apprentissage et la sensibilisation aux langues des signes, non seulement comme un moyen d'inclusion pour les personnes sourdes, mais aussi comme une fenêtre sur la diversité culturelle et linguistique de l'humanité. Explorer l'ASL, la LSF, ou toute autre langue des signes, c'est ouvrir un dialogue enrichissant entre les cultures et les communautés.

Partager cet article ?
Se connecter pour laisser un commentaire.
Comparaison de l'évolution de différentes langues des signes